Re-construire les territoires avec les habitant·es, notre méthodologie pour la consultation citoyenne de la Roya

Définir les objectifs et valeurs

Lors d’un appel de préparation nous avons demandé à Marion Gachet d’Emmaüs Roya quelles étaient ses intentions et avec quoi il était important que les participant·es repartent. Elle nous a indiqué les points suivants :

Préparation des ateliers

L’équipe projet constituée de Marion et Charlotte d’Emmaüs Roya, Anouk de la fondation Abbé Pierre, Caroline et Antoine de makesense se sont réunis 4 fois une heure pour s’accorder sur les lignes directrices, répartir les tâches et les travaux préliminaires qui permettaient d’atteindre les objectifs que nous avions fixés avec Marion.

  • mixité : 8 hommes et 13 femmes
  • lieu de résidence : 6 habitent à Tende (dont 1 à Vievola et 1 à Saint-Dalmas de Tende), 4 de la Brigue (dont 1 à Val-des-prés et 1 à Bens), 4 de Fontan (dont 1 de Berghe), 2 de Saorge, 5 de Breil (dont 1 de Libre et 1 qui a quitté le village suite à la tempête)
  • milieux sociaux et travail (retraités, actifs, agriculteurs, artisans, fonctionnaires)
  • Toutes ces personnes ont été impactées par la tempête, d’une façon ou d’une autre (emploi, habitat, etc)

Les visuels pour l’animation

Anouk s’est chargée de préparer des panneaux à imprimer. Avec l’aide d’Antoine, ils ont défini comment les cartes issues du livret Le Journal du Débord allaient servir de supports pour accompagner l’animation de la journée et la capitalisation des idées. Nous avions des visuels pour présenter :

  • Un ordre du jour
  • Les règles de fonctionnement et les objectifs
  • Un état des lieux de la tempête
  • Les différents échelons territoriaux et leurs redevabilités
  • Les personnages représentatifs de la vallée et leurs envies
  • Des rêves communs pour le territoire
  • Des plans d’actions pour la mobilité, l’économie, l’habitat et les infrastructures

La facilitation

Caroline et Antoine se sont occupés de la facilitation. Il s’agissait entre autre d’animer les temps de plénière pour que les horaires soient respectées ou réaménagées, de recruter et de former les animateur.ices, scribes ou facilitateur.ices pour les sous-groupes, de proposer des jeux ou des temps de pose en fonction de la dynamique du groupe.

  • Identifié et échangé en amont avec les animateur·ices de chaque sous-groupe pour s’assurer qu’ils aient la posture et les contenus nécessaires. Plus de temps aurait été nécessaire pour former et accompagner des animateur·ices citoyen·nes débutant·es pour les tables de world café et pour leurs donner des consignes claires sur les formats de rendus. Par exemple, il y a une grande disparité entre les “formats” de proposition du world café : les propositions issues de certaines tables n’étaient pas assez pragmatiques alors qu’on attendait un plan d’action détaillé sur les étapes à venir.
  • Accompagné les rapporteurs·ses des groupes
  • Annoncé et fait respecter un cadre de sécurité. Avec le recul nous pensons que ce cadre aurait dû être affiché en A3 dans chacune des salles de travail pour pouvoir plus facilement s’y référer quand la parole était coupée par exemple
  • Adopté une posture dynamique pour énergiser les participant·es, leur donner confiance. Voici quelques conseils https://youtu.be/MuOEKWrFkJI

Restitution du livret n°1 :

Anouk et Charlotte se sont chargées de la restitution du livret : ”Le Journal du Débord”, co-écrit avec la Fondation Abbé Pierre.

Les ateliers sur les rêves

À travers cet atelier, nous voulions répondre à deux besoins évoqués dans les objectifs :

  • Permettre aux personnes de se retrouver autour de perspectives positives qui leur permettent de sortir du court terme et de la posture de sinistré·es
  • Aller au delà d’une reconstruction à l’identique sans répondre aux envies de changements radicaux qui étaient déjà explicites avant la tempête

Les ateliers “world café”

Après une matinée consacrée à la rencontre entre les participant.es et à la projection d’idéaux, la deuxième partie de la journée était orientée actions et solutions concrètes. Nous avons organisé un “world café”, une méthode d’animation qui permet de faire contribuer tous les participant·es à l’émergence d’idées sur toutes les thématiques que l’on souhaite aborder.

La journée de restitution

Le dimanche 30 mai, Emmaüs Roya organisait un débat public où 14 représentants des pouvoirs publics (les 5 mairies de la vallée, la CARF, la préfecture avec les deux Préfets, le Département 06, la Région PACA et la député Alexandra Valetta Ardisson) avaient été invités. 10 invités ont décliné l’invitation, la CARF n’a pas pris la peine de répondre, et seuls 2 se sont déplacés : Sébastien Olharan, maire de Breil, et Patricia Rastello, suppléante de la conseillère départementale Valérie Tomasini. Après le débat public, le Collectif du 5 novembre : Noailles en colère a été invité pour l’occasion afin de partager leur expérience suite à la crise de l’habitat à Marseille en 2018, et d’expliquer les modes d’actions collectives qui permettent de pallier aux déficiences publiques en cas de catastrophe. Voir le communiqué de presse

La logistique

La logistique est un aspect essentiel pour le bon déroulement des ateliers.

  • de quoi afficher les 10 panneaux qui servent de supports à l’atelier
  • Une quarantaine de chaises pour les séances en plénière dans une salle qui n’a pas besoin de sonorisation, donc suffisamment petite, mais aussi suffisamment grande pour que l’on puisse respecter une certaine distance
  • Un espace que l’on puisse aérer pour respecter le protocole sanitaire
  • De quoi séparer les participant·es en 4 groupes de 10 autour de tables sans qu’ils se gênent mutuellement
  • La salle pour la journée grand public devait être accessible et dans un point central avec une sonorisation
  • Deux bénévoles d’Emmaüs Roya ont cuisiné pendant toute une journée pour proposer un buffet en cohérence avec les valeurs de l’association : uniquement avec des produits de la ferme et seulement 6 ingrédients achetés (Farine, Gorgonzola etc.)
  • Tarte aux orties et gorgonzola
  • Houmous de guacamole
  • Pissaladière
  • Une buvette était proposée durant la journée ouverte

--

--

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
makesense

makesense

6K Followers

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux