Julien de Sousa : le parcours atypique d’un type sympathique

Julien de Sousa aime contredire les statistiques. A 28 ans, ce « jeune de banlieue » a choisi la voie de l’entrepreneuriat social et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin !

Image for post
Image for post

Né dans les Yvelines, Julien a passé toute son enfance dans la banlieue de Mantes la Jolie. Plutôt du genre bon élève, il est très curieux et se pose une foule de questions sur le fonctionnement de la planète. Ce qui le pousse naturellement à poursuivre des études scientifiques.

Il effectue plusieurs stages dans des laboratoires et y mène de nombreuses expériences sur les causes et les conséquences du réchauffement climatique. C’est là qu’il commence à ressentir une certaine frustration.

« On observait la pollution de l’air, de l’eau, des sols … mais on n’apportait pas de solution à ces problèmes. On n’agissait pas. Il me manquait quelque chose ! »

Alors, Julien décide de changer de cap et d’agir. Pour sa dernière année d’études, il choisit la voie de l’alternance et rejoint un cabinet de conseil en développement durable. Dans le cadre de ses missions, il rencontre plusieurs entreprises pour les accompagner dans la mise en place de stratégies plus responsables et respectueuses de l’environnement. Un nouveau challenge qui lui permet d’agir de manière plus concrète, mais il lui manque encore un petit quelque chose …

« Je me suis rendu compte que l’argument qui faisait basculer toutes ces boîtes, c’était l’argument économique, ce qui est compréhensible. Je n’avais cependant pas toujours l’impression de parler avec des gens convaincus, mais parfois plus avec des opportunistes. C’était frustrant de voir que mes valeurs n’étaient pas partagées … »

A la fin de cette expérience, Julien n’a qu’une seule idée en tête : partir découvrir le monde pour se faire une idée concrète de son état et se forger son propre avis !

Image for post
Image for post

Pendant un an et demi, il se promène à travers l’Asie, l’Amérique du Sud et la Nouvelle-Zélande … et en prend plein les yeux.

“Je me suis vraiment rendu compte que la planète était très belle et qu’elle méritait d’être protégée.”

A son retour, Julien se fait une promesse : celle d’agir pour la planète en apportant des solutions et en sensibilisant un maximum de personnes. Et alors qu’il se lance à la recherche d’un travail en accord avec cette promesse, une notification Facebook va venir chambouler sa vie …

« Une amie m’a identifié sur une publication de SenseSchool. Ils recherchaient des volontaires pour participer à un programme appelé SenseAcademy, où le but était d’aider une entreprise sociale à résoudre l’un de ses défis. »

En l’occurrence, il s’agissait d’aider Zéro Gâchis à créer un outil pour mieux lutter contre le gaspillage alimentaire. Julien n’a jamais entendu parler de SenseSchool, et encore moins de Zéro Gâchis. Mais la thématique de ce programme lui parle immédiatement. Il n’est pas très long à prendre sa décision.

Image for post
Image for post

« J’avais du temps à ce moment là : ça me permettait de m’impliquer sur une cause qui me tenait à cœur, tout en développant des compétences qui me manquaient pour ma carrière professionnelle.»

La magie opère : Julien est sélectionné pour faire partie de l’aventure ! Pendant deux mois, il s’engage donc auprès de Zéro Gâchis et co-crée What The Food : une application visant à réduire le gaspillage alimentaire dans les restaurants universitaires de France. Par extension, cette aventure lui permet de faire connaissance avec MakeSense. Un premier pas dans le monde de l’entrepreneuriat social … qu’il ne quittera plus.

Image for post
Image for post

« J’ai pu discuter avec un bon nombre de personnes qui travaillaient dans ce domaine, et j’ai été impressionné ! C’est là que j’ai vraiment découvert l’entrepreneuriat social. Tous ces entrepreneurs qui avaient identifié un problème et qui ont tout simplement décidé de monter une structure pérenne pour le résoudre ... Ce sont des personnes qui se sont dit : il faut agir concrètement, alors je vais me donner les moyens d’agir. J’ai réalisé que c’était ça, le petit truc qui me manquait dans mes expériences précédentes ! »

Suite à l’aventure SenseAcademy, Julien cherche donc à s’investir au sein de MakeSense. Et ça tombe plutôt bien : les challenges ne manquent pas ! Il se voit proposer une mission : animer des ateliers à travers la France pour permettre à de petites entreprises sociales de changer d’échelle, en coopération avec le Boston Consulting Group.

« C’était une belle preuve de confiance ! Moi qui ai étudié les sciences, j’étais surpris de constater qu’on pouvait me confier une telle mission, alors que ce n’était pas du tout mon domaine de prédilection. J’étais ravi ! »

La mission est un succès. C’est donc très naturellement que Julien se voit confier un nouveau challenge : le SwitchUp Challenge ! Objectif : aider des étudiants à monter des start-ups technologiques à dimension sociale. Julien se met donc à voyager un peu partout en France. Il crée de nouvelles méthodologies, mobilise des communautés … et profite de cette expérience pour toucher à tout.

Image for post
Image for post

A la fin de cette mission, Julien reçoit une nouvelle proposition : rejoindre l’équipe SenseSchool … Tout un symbole !

« Rejoindre SenseSchool, c’était renouer avec mes premiers amours. C’est par SenseSchool que tout a commencé pour moi. Et puis, je voulais vraiment travailler sur l’aspect pédagogique et permettre aux étudiants d’apprendre à résoudre des défis tout en développant des compétences. Parce que je suis persuadé que c’est en plantant des graines très tôt auprès des étudiants qu’on arrivera à former les citoyens de demain: actifs, responsables et épanouis. »

Et c’est ainsi que, moins de deux ans après avoir rejoint le programme Zéro Gâchis, Julien intègre l’équipe SenseSchool.

« C’est fou quand je me dis qu’en l’espace de deux ans, je suis passé de participant à chef de projet. Je me rends compte que ces deux dernières années sont passées très vite. Je n’arrête pas d’en prendre plein les yeux. Parfois j’ai l’impression que c’est un film d’action, avec des explosions tout le temps, partout. Ça ne s’arrête jamais ! C’est stimulant, ça me donne de l’adrénaline. Moi c’est un truc qui me va bien, j’en ai besoin pour me sentir vivant. »

Aujourd’hui, Julien se sent à sa place. Et a déjà une vision assez claire de son avenir !

« Tant que ça me plaît et que ça a du sens, je continuerai à travailler sur ce genre de missions. Aujourd’hui, c’est vraiment quelque chose qui me motive. Et puis, il y a cette culture de l’autonomie ici : j’ai énormément de liberté ! En plus, je ne travaille qu’avec des passionnés. Maintenant, l’avantage chez MakeSense, c’est qu’on s’implante un peu partout en ce moment. J’adorerais participer au développement de MakeSense et de SenseSchool à l’étranger ! »

Image for post
Image for post

Written by

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store