Innovation et start-ups positives hors de Paris : SenseCamp Le Mans !

Image for post
Image for post

Paris, capitale de l’amour, de la mode, de la création…
On entend souvent dire “il n’y a qu’à Paris que…” alors ne parlons même pas de travail et de start-ups… J’étais la première à penser “qu’il n’y a qu’à Paris” que je pourrai trouver un boulot vraiment intéressant.

Que dire alors des start-ups à impact positif ? Des entreprises qui ne se lancent pas seulement pour faire de l’argent, mais pour apporter des solutions à des problèmes d’aujourd’hui… Qu’à Paris ?

Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lille, Strasbourg, à travers les volontaires de MakeSense et leurs tours de France à la recherche de start-ups sociales, j’ai bien vu que d’autres villes avaient leur place dans le classement ; Oui enfin… seulement des grandes villes !

Et depuis l’année dernière, Pierre et Line Fournier me parlent du Mans. Cette ville que je ne connais que pour les 24 heures et parce qu’elle est considérée comme échantillon représentatif de la population française.
Ah…intéressant ! Alors qu’en est-il de la France et des start-ups positives ?

@Pierre, après des années passées à t’impliquer dans des associations, comment t’es-tu intéressé aux start-ups sociales et à MakeSense ?

Par un documentaire diffusé à la télévision, qui mentionnait les nouvelles façons d’entreprendre à travers l’économie collaborative et le social business. J’ai compris que, comme des associations, les start-ups positives apportent des solutions à des problèmes sociaux ou environnementaux, mais en générant leurs propres revenus. Pour moi, c’est un vrai plus: le fait de chercher à être indépendant financièrement permet d’être plus innovant et plus viable sur le long terme.

Après quelques recherches sur internet et une visite au “SenseSpace” de Paris, l’espace de MakeSense, j’ai décidé de sauter le pas et d’apporter ma brique au projet.

Après avoir lancé MakeSense en Arménie, pourquoi était-il important pour toi de faire la même chose au Mans ?

Image for post
Image for post
Portrait de Pierre, à son retour d’Arménie.

En revenant au Mans, je fais un constat très positif: il y a une multitude d’initiatives citoyennes engagées: les incroyables comestibles, Alternatiba, Colibris…

Comme peu de personnes en connaissent l’existence, nous décidons avec ma soeur Line de lancer MakeSense en Sarthe; Pour sensibiliser la population, fédérer, et passer à l’action pour aider ces entrepreneurs qui font sens. Grâce à nos actions, La Cravate Solidaire, l’une des start-ups positives lauréate du projet La France s’engage, démarre au Mans cette année.

As-tu remarqué des différences entre les start-ups que tu as pu découvrir à Paris et celles du Mans ?

Il n’y pas pas de comparaison possible entre Le Mans et Paris. En Sarthe, il doit y avoir seulement deux véritables start-ups sociales. A Paris, rien qu’au SenseCube, l’accélérateur de MakeSense, il y en a une dizaine.

Au Mans, nous pensons qu’il faut d’abord faire connaître et comprendre ces nouvelles notions aux citoyens. De manière conviviale et informelle, on invite les gens à la découverte, soit à partir de SenseDrinks, les apéros MakeSense, soit pendant des MKS rooms: des concerts mixés à des interviews de start-upers. On implique ensuite les personnes intéressées à travers des brainstorming créatifs MakeSense, qui permettent à n’importe qui de venir imaginer des solutions pour aider un projet de start-up sociale à avancer.

Depuis un an et demi, on a réussi à fédérer un groupe de personnes intergénérationnel et venant de milieux différents. Avant ça, l’innovation sociale était une grande inconnue. Maintenant, on sent que les citoyens commencent à s’y intéresser et y croire. C’est pour cette raison que fin Février, on va passer à l’étape supérieure…

@Line, tu t’es toi même lancée dans un projet de start-up positive au Mans. Peux-tu nous parler de ton expérience ?

J’ai le goût du partage, surtout à travers de bons repas. Il est aussi très important pour moi de faire attention à ne pas gaspiller. Pour ces raisons, j’ai décidé de lancer un concept de traiteur anti gaspi. J’ai réussi à faire deux événements locaux. Le métier de traiteur ne s’improvise pas et récupérer des déchets n’est pas évident alors je me suis dit “pourquoi ne pas transformer le concept en chef anti gaspi à domicile… ou pluches si affinités ?”. J’ai toujours squatté la cuisine de mes amis pour concocter des plats conviviaux simples et savoureux. Ce projet me ressemble. Pour le développer, je continue à travailler dans la restauration en intermittence et me forme aux outils du numérique. Affaire à suivre…

Image for post
Image for post
Line, à gauche, au SenseCamp Bruxelles 2015 (image Factory forty).

Vous préparez un gros événement au Mans fin février, est-ce que vous pouvez nous en dire plus?

Comme les habitants du Mans commencent à comprendre le concept de social business, on souhaite proposer un week-end d’inspiration et d’action qui permettra à tous de vivre ce qu’entreprendre socialement nous fait vivre: un énorme coup de boost et une accélération de notre rythme de vie!
Le format SenseCamp nous a paru parfait pour ça: un festival sur l’innovation et les start-ups positives qui rassemble curieux et volontaires de MakeSense venant d’ici et ailleurs.

Nous voulons faire rêver les participants et les pousser à se lancer. Des solutions existent pour résoudre les problèmes de notre société, il est donc temps de passer à l’action et contribuer aussi. C’est ce qu’à bien compris Sarah Zouak, l’une de nos intervenantes. L’année dernière, elle est partie à la rencontre de femmes musulmanes qui ont lancé des projets qui ont du sens pour les mettre en avant et les soutenir. D’autres personnes le font aussi dans leur entreprise actuelle, comme Didier Girard, intrapreneur social à l’hôpital du Mans.

Grâce à ces témoignages et à plein d’autres surprises, nous voulons faire emmerger des projets et impliquer les volontaires locaux pour qu’ils les accompagnent dans leur implantation sur le territoire.
La réponse donc au sujet de l’innovation sociale au Mans c’est que chaque citoyen en acteur, comme nous voulons que vous soyez acteur pendant cet événement.

Image for post
Image for post

Vous l’aurez compris, rendez-vous les 27 et 28 Février au Mans pour vous aussi sauter le pas et vous lancer “ hors de Paris”, dans l’innovation sociale et les start-ups positives !

Image for post
Image for post

Chloe a rejoint MakeSense en 2013;
Avec avec Elsa, Mamba, Lorena, Rachel, Solène et Ben,
elle incite toute personne motivée à rejoindre le Gang
et les forme à identifier et aider les start-ups positives du monde entier.

Written by

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store