Consulter sa communauté : jeux et enjeux du community pool chez makesense

Des expérimentations citoyennes depuis le début

Il y a 10 ans, nous rêvions qu’une partie des crises sociales et écologiques pourraient être résolues si tous les citoyens mettaient à disposition leur temps et leurs compétences au service d’entrepreneurs sociaux. Nous avons pris du recul sur certains espoirs (l’entreprenariat social sera nécessaire , mais pas suffisant) mais avons toujours gardé une conviction radicale : non les humains ne sont pas intrinsèquement égoïstes ou irresponsables. Partant de cela, il serait faux de considérer que le seul système viable consisterait à articuler les égoïsmes dans une compétition de tous contre tous, où la défiance règne, où seuls quelques-uns se goinfrent au détriment de tous les autres (humains ou non, actuels ou à venir).

  • Des dizaines de milliers de jeunes dans plus d’une centaine de villes ont organisé des milliers d’ateliers, participé à des rencontres et popularisé l’engagement associatif, l’entreprenariat social dans des endroits où ils étaient parfois totalement absents.
  • De nouveaux formats et thématiques ont été créés. Les membres de makesense Berlin, dès 2015 ont lancé des campagnes sur l’accueil des réfugiés ou sur la souveraineté alimentaire. Ils ont inventé le concept de sensecamp : une rencontre autogérée où les volontaires de toutes les régions se réunissent pour apprendre, contribuer et festoyer. Le format a été dupliqué au moins 20 fois.
  • On s’est fait quelques cheveux blancs avec l’hébergement de nos données en ligne et on a fini par complètement arrêter les fichiers partagés pour des raisons de RGPD, mais aussi de commodités puisque des outils plus pertinents sont apparus.
  • Nous avons fait découvrir à des milliers de personnes d’autres méthodes d’organisation, d’autres secteurs, un autre rapport à soi. Certains sont devenus nos prescripteurs, merci à eux de nous aider, d’autres sont devenus nos co-pétiteurs, merci à eux de travailler dans la même direction.
  • Une fois, un volontaire très original qui était notre référent pour une ville européenne a « embauché » des stagiaires en notre nom, et nous lui avons gentiment expliqué pourquoi cela n’était pas possible.
  • Encore aujourd’hui on découvre que des gens en Egypte ou au Portugal utilisent la marque makesense sans nous avoir contactés.

Une organisation qui sacralise la participation de tous et toutes

Après avoir beaucoup grandi (en taille c’est certain, en sagesse , on l’espère) nous avons décidé de sacraliser nos fondamentaux, en mesurant l’impact que nous avons eu, et en définissant ce qui unissait le fourmillement d’initiatives que nous avions expérimentées. Parmi ces fondamentaux, il y a la conviction que chaque citoyen, s’il a la confiance et accès aux ressources, est légitime et apte à prendre des décisions éclairées pour le bien commun. Il y a aussi des principes de gouvernance partagée inspirés de l’université du Nous et de Frédéric Laloux que nous appliquons entre employés. Nous avons aussi commencé à intégrer ces principes dans nos programmes via des boîtes à outils et des formations afin que les citoyens qui nous rejoignent aient quelques bases sur la gouvernance partagée ainsi que la CNV qui leur permettent d’interagir entre eux et avec nous de manière plus fluide et constructive, mais aussi avec plus d’autonomie et de co-responsabilité. Aujourd’hui par exemple, les bénévoles responsables des programmes ré_action ont le champ libre pour gérer leur campagne thématique tant qu’ils restent dans le respect de la vision et des principes initiaux. L’un d’eux, Gaspard Chameroy, a même pu créer un programme citoyen sur les nouveaux arrivants que nous continuons à opérer aujourd’hui.

  • La waterline : c’est une sorte de conseil de sécurité, qui porte la responsabilité légale de l’organisation. Parfois, une situation complexe concerne l’ensemble de l’organisation et porte sur un sujet qui pourrait mettre l’organisation en danger de manière imminente. Pour avoir un ordre d’idée, sur la dernière mandature (qui dure 2 ans), 12 décisions ont été prises par cet cet organe qui, par ailleurs, n’est intervenu ni dans la réorganisation complète des équipes et ni dans les activités pendant la crise du COVID. Parmi les 5 membres qui le composent, 4 sont des salariés élus selon le principe des élections sans candidat, 1 est bénévole, élu lui aussi selon le même procédé parmi les membres du community pool. Si l’intention est louable, il est apparu au cours des 2 derniers exercices qu’il est compliqué pour un bénévole de maîtriser certains enjeux et de se prononcer rapidement de manière pertinente sans un certain niveau d’implication direct dans l’organisation.
  • Le pool of mediators pour la gestion de conflits. Nous sommes avant tout une organisation humaine dans laquelle émergent nécessairement des tensions et des désaccords qui peuvent dégénérer en conflits. Nous avons un organe interne (le pool of mediators) où des salariés sont formés à gérer des situations conflictuelles. Dans l’optique de pouvoir accompagner sereinement et avec une nécessaire distance les conflits qui émergent entre nos parties prenantes, un comité similaire a été créé pour faire de la prévention et de la gestion de conflit. L’idée était que des volontaires puissent aussi se former à la médiation pour agir lors des conflits qui émergent entre nos parties prenantes, ou entre nous et nos parties prenantes. Ce dernier comité n’est à ce jour pas suffisamment solide et outillé pour répondre aux situations de crise.
  • Le comité de mission. Pour définir notre stratégie et notre théorie du changement, nous avons mené pour l’équipe France une concertation auprès de nos parties prenantes. À cette fin, ce ne sont pas moins de 50 interviews ou fiches de lectures, 10 rencontres de 2 heures qui ont été réalisés, et des centaines d’heures de travail investis par un groupe mandaté pour faire une proposition stratégique, qui fixera le cap des équipes françaises de makesense pour les années à venir et qui a été validé en gestion par consentement. Afin de coordonner les efforts des différentes équipes et allouer les cagnottes des nos appels à projets interne conformément à notre stratégie commune, un comité de mission a été créé (lui aussi élu par des élections sans candidat).
  • Le process committe. Depuis le début, nous n’avons pas la prétention d’avoir trouvé une solution qui soit parfaite ou éternelle. Nous pensons que les outils doivent évoluer pour s’adapter aux besoins et à la raison d’être de l’organisation et que c’est pour cela que nous nous sommes autorisés à tordre les modèles et processus de l’holacratie, de Laloux et de l’Université du Nous pour qu’ils correspondent à nos métiers et à notre identité. C’est dans cet esprit que nous avons mis sur pied un organe appelé process committee. Il se réunit 2 fois par mois pour proposer et outiller des évolutions de nos modes de gouvernance.
  • Le community pool. Cet organe qui représente les membres de notre communauté a maintes fois évolué. Nous avions testé 3 moutures de comités internationaux (la Sense Rocket, le community board & le community pool) avec une vingtaine de personnes qui représentaient la diversité géographique et sectorielle des bénévoles. L’avis des membres devait être sollicité ponctuellement en fonction de leurs expertises sectorielle, méthodologique ou géographique. Les membres devaient se rencontrer à intervalles réguliers malgré d’intenables décalages horaires. Nous avons finalement abandonné l’idée d’avoir une représentativité parfaite au niveau international mais plutôt de favoriser la complicité et la spontanéité entre équipes et bénévoles localement. Chaque équipe internationale (France, Philippine, Amérique Latine, Afrique de l’Ouest, Liban) a donc nommé en son sein, un salarié qui a la charge de coopter et d’animer un groupe de 8 à 12 citoyens dont les activités et les expertises sont liées aux contextes locaux. Ils seront invités aux événements locaux en présentiel et sollicités selon leur profil pour donner leur avis.

Zoom sur le Community Pool Europe

Nous avions sollicité nos collègues pour leur expliquer le nouveau community pool et leur demander qui devrait y figurer. Anatole et moi, nous sommes ensuite arraché les cheveux pour constituer un groupe de personnes qui recouvraient nos 4 cibles ( citoyens, entrepreneurs, collaborateurs et collectivités territoriales) et nos domaines d’action stratégiques alimentation, mieux vieillir). Nous voulions aussi des gens qui représenteraient la très diversité des programmes de makesense et qui aurait déjà fait la démonstration de leurs enthousiasme et de la pertinence de leur conseils

Qui sont les membres de notre community Pool en 2022

Myriam Ballot

Julia Mourri

Hugo Arnaud

Camille Ducorps

Benoit Floquet

Nassim Merzouk

Kareen Maya Levy

Pascal Theys

Amina Bouri

Tu Doan Quynh Bui

Gaspard Chameroy

Dominique Rousselet

Héloïse de Bokay

Florence Dubuit

--

--

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
makesense

makesense

6K Followers

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux