Au coeur du Festival Zero Waste

L’association Zéro Waste France a organisé la première édition de son festival “zéro waste” du 30 juin au 2 juillet au Cabaret Sauvage dans le parc de la Villette.

Un festival ouvert à tous

Durant 3 jours, tous les acteurs : particuliers, entreprises et associations se sont retrouvés afin de réfléchir à la meilleure manière de renforcer la démarche zéro waste en France.

Une multitude de conférences, ateliers pratiques, projections-débats, visites, pitchs d’entrepreneurs et tables rondes ont eu lieu afin de comprendre les enjeux du gaspillage, du secteur et révéler les démarches zéro déchets individuelles et collectives.

Au programme : de obsolescence programmée au gaspillage alimentaire !

Dans une ambiance chaleureuse sous le chapiteau le festival commence. La première conférence à laquelle j’assiste traite des enjeux de l’obsolescence programmée avec des projets de produits durables comme Loom (vêtements) et l’increvable (machine à laver). Un vrai frein au développement étant que le consommateur valorise pour l’instant le prix à la durabilité. Loom a trouvé une solution avec peu de renouvellement de collections et de publicités les prix sont divisés par deux !

Puis l’enjeu des villes, 4 représentants de ville zéro déchet sont venus nous présenter leurs actions locales (Capannori, Parme, Roubaix et San Francisco). Ils ont réussi ensemble à donner des exemples concrets sur comment la ville zéro déchet permet non seulement de protéger l’environnement , mais aussi de réduire les coûts et de favoriser la création d’emploi local.

Robert Reed a présenté l’exemple très inspirant de son mouvement Recology à San Francisco. Aujourd’hui la ville dépasse 80% de recyclage. Robert Reed défend en priorité le compostage car “ future of humanity depends on the health of soil” et le compostage permet de régénérer les sols. 600 tonnes de déchets organiques collecté par jour pour le compost à San Francisco.

Le moment “star” avec un entretien de Cyril Dion sur l’après — Demain. Demain est un documentaire qui retrace des grands enjeux et des initiatives positives ( je vous le conseille vivement). Il a partagé sa vision d’une révolution du système par l’épanouissement personnel, la recherche par tous d’une passion et la fin d’une forme d’esclavage par le travail.

Face aux innovations consommatrices d’énergies et polluantes Philippe Bihioux recommande les basses technologies dans L’âge des Low tech. Il prône une réflexion sur les besoins humains, “ il est plus facile de passer à la civilisation du vélo que de déployer la voiture électrique”.

En ce qui concerne le gaspillage alimentaire, Bruno Lhoste, auteur de la grande surbouffe, nous a exposé les grands enjeux tous au long de la chaîne : production, transport , distribution et consommation. Il revendique une révolution de notre système actuel pour une alimentation locale.

Des ateliers sur l’intelligence collective étaient organisés avec l’Université du Nous afin de repenser notre mode de gouvernance, des conseils en terme d’animation des réunions, la définition des rôles et le mode de décision… Cette intelligence collective a pu être expérimenté lors d’un atelier de créativité afin de résoudre le défi de Emmaüs coup de main (Compte-rendu de l’atelier)

Un festival cohérent

En effet, les équipe se sont engagées à produire le moins de déchet possible. Le nombre de repas a été prévu au plus juste, aucune vaisselle jetable n’a été utilisée. Le mobilier et les fournitures étaient issus du réemploi. Sur place des grandes affiches avec le programme, les flyers ont été bannis du festival. Même les badges des participants étaient imprimés sur du papier brouillon ( j’ai eu le droit à un texte de Karl Marx ). Pour les déchets qui ne pouvaient être évités, priorité au recyclage avec une signalétique pour éviter les erreurs de tri.

Contactez nous pour suivre une formation gratuite ou être mis en relation avec des entrepreneurs ou des volontaires qui agissent pour la prévention, le réemploi et le recyclage, à la réorganisation de leurs événements, de leur lieu de travail et de leur activité professionnelle.

Rejoins la mobilisation de réduction des déchets de MakeSense

Violette is working on the program “Future of Waste” supported by our active partner SUEZ. She mobilizes citizens to help social business entrepreneurs building solutions to valorize waste.

Written by

makesense est une communauté internationale de citoyens, d’entrepreneurs et d’organisations qui résolvent ensemble les défis sociaux et environnementaux

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store